mercredi 10 avril 2019

Les quatre rituels d'entrée dans l'âge adulte

Là où les problèmes explosent, c'est entre adolescence et âge adulte. A ce moment de la vie, beaucoup d'entre vous ont déjà été sacrifiés. La France compte près de 2 millions de jeunes NEET (not in employment, education or training, ni à l'école, ni en emploi, ni en formation). Moins de 45 % des non-qualifiés âgés de 20 à 30 ans ont un emploi.

Certains préfèrent éviter ce cauchemar et choisissent les filières techniques, comme celles qui mènent au BTS (brevet de technicien supérieur), pour en faire un marchepied vers la poursuite d'études longues. Ce faisant, ils prennent la place de ceux qui auraient vraiment besoin d'un BTS. De même, l'apprentissage s'est beaucoup développé pour les bac +5, au lieu de profiter d'abord aux moins formés. Etc. De ce fait, votre entrée dans la vie adulte devient un chemin de croix. Tout se passe comme si le pays s'acharnait à vous empêcher d'accomplir les quatre rituels qui la marquent.

Un seul de ces rituels est plus simple qu'avant : l'entrée dans la vie de couple.
Le rituel de l'entrée dans la vie active, lui, s'est transformé en casse-tête. A la sortie de l'école ou de l'université, rares sont ceux d'entre vous qui maîtrisent un métier, et c'est compréhensible. L'employeur hésite à vous recruter. D'autant plus qu'il doit vous payer au moins le SMIC, et que ce SMIC est relativement élevé comparé au salaire médian(la moitié des salariés gagnent plus, l'autre moins). Et si vous trouvez enfin un emploi, il y a des risques que cet emploi ne corresponde pas à votre diplôme. D'après une étude du CEREQ (Centre d'études et de recherches sur les qualifications), la moitié des jeunes licenciés occupent cinq ans plus tard un emploi inférieur à leur qualification !
Troisième rituel de l'entrée dans la vie adulte devenu horriblement compliqué : l'obtention du permis de conduire.
Dernier rituel : l'accès au logement. Vous avez du mal à acheter un logement, car les prix se sont envolés. Du mal à louer, car les loyers sont élevés et les garanties exigées trop lourdes. Et vous êtes, bien sûr, trop jeune pour être depuis longtemps dans une file d'attente permettant d'accéder au logement social.
Jean-Marc VITTORI, Les Echos, 9 avril 2019

QUESTION : Qu'est-ce que le déclassement ?

Aucun commentaire: