lundi 8 avril 2019

La reprise de l'industrie textile en France


Longtemps sinistré, le secteur redémarre, tiré par le luxe et les textiles innovants. Au prix d’un bouleversement total de sa production, le prêt-à-porter bon marché a laissé place à des produits à forte valeur ajoutée. Symbole des ravages de la désindustrialisation, l’industrie textile tricolore renaît peu à peu de ses cendres. Les chiffres publiés par l’Insee, le 12 mars, en témoignent : le chiffre d’affaires du secteur textile a enregistré en 2018 une hausse de 1,7 % en France, tandis que les créations d’emplois ont progressé de 0,9 % sur un an. De bons résultats confirmés par l’Union des industries textiles (UIT), selon laquelle après quarante années de décroissance, le nombre de salariés de la filière a progressé pour la première fois de 3,6 % en 2017.
Le secteur revient de loin. On connaît l’histoire : dès les années 1970, la France a vu filer ses métiers à tisser et ses ateliers de confection vers les pays du Sud et l’Europe de l’Est, qui offraient un coût de la main-d’œuvre moins élevé. « Le mouvement de délocalisation s’est accéléré à partir de 2005, avec la fin des quotas sur les importations textiles », se désole Yves Dubief, président de l’UIT.
A cette époque débute la mainmise des pays asiatiques sur cette industrie. Depuis, des vêtements « made in Monde », au coton filé par des petites mains pakistanaises, imprimés dans des usines roumaines et assemblés dans des ateliers tunisiens déferlent dans les grandes enseignes de prêt-à-porter
Catherine QUIGNON, Le Monde, 8 avril 2019

QUESTION : Quels sont les facteurs du redémarrage de l'industrie textile en France ?

Aucun commentaire: