jeudi 21 mars 2019

L'extraction de ressources a plus que triplé en cinquante ans

Selon les chiffres de l'International Resource Panel, le prélèvement de ressources naturelles a fortement augmenté dans les dernières décennies. L'ONU Environnement alerte sur les conséquences environnementales de cette tendance et met en avant le rôle des pays les plus riches et émergents. Globalement, la région Asie-Pacifique est désormais la principale responsable de l’extraction (57%) et de la consommation (60%) des ressources naturelles. En cause, la démographie de la région, mais aussi la hausse des niveaux de vie et de la production industrielle puisque les auteurs notent que, depuis 2012, la consommation intérieure par tête des pays aux revenus «intermédiaires-supérieurs» (comprendre les pays émergents) a dépassé celle des pays à hauts revenus.

Attention cependant : il n’y a pas de réel rattrapage, et les chiffres de consommation masquent la délocalisation des industries lourdes, plus consommatrices de matériaux et plus polluantes, dans les pays émergents. Dans ces pays comme la Chine, la consommation de matière a certes beaucoup augmenté, mais en partie au bénéfice des pays les plus riches.
Ainsi «l’empreinte matière», qui désigne l’ensemble des ressources naturelles impliquées dans la production d’un bien, reste encore bien plus élevée pour les pays les plus riches. Car si l’on considère qu’un Européen doit se voir attribuer non seulement la matière qui compose son ordinateur (quelques kilos de métal tout au plus) mais aussi la matière et l’énergie nécessaires à sa construction, la part des ressources naturelles qu’il utilise n’est plus la même. Avec cet indicateur, en moyenne, la consommation des pays les plus riches est à l’origine de 35% de l’utilisation des ressources mondiales et s’élève à 27 tonnes par habitant.
Julien GUILLOT Nathan MANN, Libération, 21 mars 2019
QUESTION : A quoi doit-on comparer l'empreinte matière ?

Aucun commentaire: