vendredi 1 février 2019

L'impact des mesures socio-fiscales en 2019

Les 10 milliards d’euros votés en catastrophe, fin 2018, pour tenter d’éteindre la colère des gilets jaunes n’ont, semble-t-il, pas manqué leur cible. Annulation de la hausse de CSG pour une partie des retraités, défiscalisation des heures supplémentaires, annulation des hausses de taxes sur les carburants, revalorisation et élargissement de la prime d’activité… Tout cela devrait rendre 0,7 point de pouvoir d’achat à ces «ménages moins aisés».
Mais même sans ces gestes supplémentaires pris par l’exécutif sous la pression, les classes moyennes auraient, selon l’OFCE (Office français des conjonctures économiques - Sciences Po), bénéficié dans leur grande majorité des mesures inscrites dans la loi de finances pour 2019 mais aussi de celles votées en 2018 et qui tourneront cette année à plein régime. «Les ménages du milieu de la distribution bénéficieront en priorité de la baisse de la taxe d’habitation, des cotisations salariées, de la CSG et de la défiscalisation des heures supplémentaires, une partie des ménages modestes verront en moyenne leur niveau de vie soutenu par la forte revalorisation de la prime d’activité́, la mise en place du zéro reste à charge et l’augmentation du chèque énergie», soulignent les trois économistes, Pierre Madec, Mathieu Plane et Raul Sampognaro.
Lilian ALEMAGNA, Libération, 29 janvier 2019
QUESTION : Que signifie "mesures sociales et fiscales" ?

Aucun commentaire: