mercredi 20 février 2019

L'espérance de vie des Français plafonne

Depuis quatre ans, le compteur est bloqué : 79,4 ans pour les hommes, 85,3 pour les femmes en 2018.  Après un gain de trente ans au XXe siècle, ce coup d’arrêt surprend. Environnement, alimentation, niveau de vie : la dégradation de ces facteurs pourrait-elle expliquer ce retournement ?
« Les Etats-Unis, champions du big data et de la quête de la vie éternelle, ont vu leur espérance de vie chuter pour des raisons bassement sociales. En France, il est encore trop tôt pour le dire mais ça ne me semble pas absurde de l’imaginer. Et l’enjeu n’est pas mince. Car l’espérance de vie, c’est un des indicateurs les moins discutés de nos sociétés modernes, contrairement au PIB ou au taux de chômage. Si ça flanche, il n’y a plus grand-chose à défendre. » selon Grégoire Rey, Directeur du CepiDC, le centre de l’Inserm qui produit les statistiques sur les causes de décès.
Evitons toutefois l’autoflagellation. Pour cela, rien de tel qu’interroger des observateurs étrangers. Chercheur à l’Institut Max-Planck, en Allemagne, Domantas Jasilionis rappelle que « la France reste un des leaders mondiaux de l’espérance de vie, largement devant la plupart des autres pays développés. Enfants, adultes, seniors : vous faites mieux que l’Allemagne à tous les âges. Mais passé 80 ou 90 ans, il faut une nouvelle révolution médicale pour continuer à progresser massivement. » Vaincre Alzheimer ou éliminer le cancer ? « On peut se focaliser sur les causes immédiates de la mort, celles que l’on voit sur les certificats de décès, soupire Jay Olshansky. Mais la cause de fond est ailleurs. En vérité, le corps humain n’a pas été dessiné pour vivre si longtemps. » Et si l’homme approchait simplement de ses limites ?
Nathaniel HERZBERG, Le Monde, 19 février 2019

QUESTION : Quelles sont les causes de l'évolution de l'espérance de vie ? 

Aucun commentaire: